‘Le coronavirus est un suicide bienvenu pour certains’

Coronavirus dans le nord-ouest de la Syrie: ‘Nous survivons à dix ans de guerre et puis nous mourons d’un virus’

© Reuters

Un patient atteint de COVID-19 est traité dans un centre d’isolement à Marea, une ville contrôlée par les forces d’opposition dans la province d’Alep, en Syrie, le 25 septembre 2021.

La COVID-19 laisse une traînée de destruction dans le nord-ouest de la Syrie. La région qui a dû endurer des souffrances de guerre indicibles ces dernières années est une proie facile pour le virus. Les réfugiés en Belgique perdent leurs proches l’un après l’autre. MO* s’est entretenu avec des médecins et des parents de victimes.

Les oncles, les tantes, les frères, les sœurs et le grand-père, tout le monde est assis autour de la table dans le salon de la famille Jafar à Louvain. Sur les smartphones, on fait défiler vertement les pages Facebook contenant des nécrologies de leur ville natale d’Afrin, une ville à l’extrême nord-ouest de la Syrie. La page Wafiyat Afrin – ‘Rubrique nécrologique Afrin’ – a publié 52 avis de décès en septembre. Les mois précédents, ce nombre était généralement d’une vingtaine.

‘Chaque jour, nous ouvrons Facebook pour voir qu’une autre personne est décédée.’

‘Aujourd’hui (le 6 octobre 2021, ndlr), quatre autres de nos connaissances sont mortes du coronavirus’, déclare Delvan Jafar en faisant défiler. ‘Un homme dans un hôpital militaire, les trois autres à la maison. Deux personnes de la même famille. Chaque jour, nous ouvrons Facebook pour voir qu’une autre personne est décédée.’

Au cours des dernières semaines et des derniers mois, Delvan a perdu sa belle-mère, un ami proche, plusieurs de ses anciens voisins et le père de son beau-frère Niyazi.

Niyazi vit à Liège depuis plus de dix ans. D’une voix tremblante et une tasse de thé à la main, il raconte comment il a vécu les derniers jours de son père Ahmed à Afrin depuis Liège: ‘Mon père n’avait pas de graves problèmes de santé, mais il est soudainement tombé malade. Au début, nous pensions que c’était la grippe ordinaire. Nous n’avons pas osé penser que cela pourrait être de la COVID-19. Il a fait un test COVID-19: positif.’

(via Roni Hossein)

Le père de Niyazi est mort du COVID-19 dans sa maison à Afrin le 16 septembre 2021. Il n’a pas été soigné dans un hôpital.

Méfiance envers les hôpitaux d’Afrin

‘Je l’ai appelé tous les jours’, continue Niyazi. ‘Au bout de quelques jours, il est devenu essoufflé. Enfin, il pouvait à peine parler. Il avait peur d’aller à l’hôpital. Afrin est occupée par des extrémistes religieux qui ne permettent pas de vivre à nous, des Kurdes. Il y a des rumeurs selon lesquelles l’armée turque ou les djihadistes prélèveraient des organes pour le trafic illégal d’organes.’

De nombreux habitants pensent qu’ils mettent leur sort et leur vie entre les mains de la Turquie et des djihadistes, ce qu’ils n’osent pas faire.

La méfiance envers les vaccins qui existe aussi parmi un groupe de personnes en Occident est amplifiée dans le contexte d’une occupation étrangère à Afrin. Les théories du complot sur le trafic d’organes et les vaccinations prospèrent sur Internet. Les habitants pensent qu’ils mettent leur sort entre les mains de la Turquie et des djihadistes, ce qu’ils n’osent pas faire.

La veille de la mort de son père, Niyazi lui a parlé longuement. ‘Il m’a demandé de chercher mon frère pour un appel vidéo. Je pense qu’il savait qu’il mourrait parce qu’il a dit adieu. Le lendemain matin, le 16 septembre, il était mort. Il n’est jamais allé à l’hôpital.’

Trois jours plus tard, selon la tradition, des parents et des amis des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la Belgique se sont réunis dans une salle de réunion d’un quartier populaire de Liège pour rendre leur dernier hommage à une photo du défunt Ahmed.

Des traditions inébranlables

Ahmed a été enterré à Afrin. La tradition veut qu’à chaque décès, un grand rassemblement de famille et d’amis soit organisé. Batal, l’oncle du défunt Ahmed, n’en a rien voulu entendre cette fois. ‘Les nombreuses funérailles assurent une nouvelle propagation du virus, et de cette façon, ça continue à exister”, a-t-il déclaré au téléphone depuis Afrin.

‘On n’a pas apprécié que j’ai voulu aller à l’encontre de nos traditions inébranlables. Même si les gens savent qu’ils peuvent mourir eux-mêmes, certains disent qu’un enterrement doit avoir lieu. Je ne comprends pas ça. C’est juste trop dangereux en ce moment. D’ailleurs, la femme et la fille d’Ahmed sont également infectées par le coronavirus.’

‘La prise de conscience de l’existence d’une pandémie majeure ne commence que maintenant à se faire sentir, maintenant qu’ils voient que tant de personnes meurent’, poursuit Batal. ‘Longtemps, ils ont tout nié. Même les médecins. Il y a quelques semaines, j’ai parlé à un ami médecin. Il était lui-même malade et potentiellement infecté par le coronavirus, mais il est simplement allé au marché, au milieu de la foule. ‘Croyez-vous cela, le coronavirus?’, m’a-t-il demandé.

(via Roni Hossein)

Les funérailles d’un patient décédé du COVID-19 à Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, en septembre 2021.

Pas de mesures COVID-19

La prise de conscience est lente à se rendre compte parce qu’aucune autorité n’organise des campagnes de sensibilisation, ni proclame, ni fait respecter des mesures COVID-19. ‘Les djihadistes qui contrôlent notre région prétendent que le coronavirus est la volonté de Dieu’, a déclaré Batal. ‘Qu’est-ce que vous attendez alors? Ou lorsque des camions apportent des secours, des milliers de personnes sont entassées sans masque et le coronavirus se propage.’

Le fait que les gens continuent de sortir malgré la propagation rapide d’un virus potentiellement mortel n’est pas uniquement lié aux pratiques culturelles ou à la négligence.

Il n’y a pas de pouvoirs publics qui offrent une aide financière aux personnes qui ne peuvent pas aller travailler.

‘Shekho, un ami à moi, a attrapé le coronavirus à Afrin’, dit Delvan. ‘Je lui ai conseillé de rester à l’intérieur, de ne pas aller au magasin de vêtements où il travaille. Il est devenu émotif. ‘Où dois-je trouver de l’argent pour nourrir mes enfants? Je sais que d’autres personnes attraperont aussi le coronavirus. Mais dis-moi, que puis-je faire d’autre?’ a-t-il dit.

A cause de la guerre, l’économie s’est effondrée et le coût de la vie est monté en flèche. Chaque lire gagnée compte pour survivre. Il n’y a pas de pouvoirs publics qui offrent de l’aide financière aux personnes qui ne peuvent pas aller travailler.

Cette nouvelle vague de COVID-19 place donc les habitants devant un dilemme impossible: rester chez eux et ne pas pouvoir acheter de la nourriture, ou sortir et risquer d’être contaminé par un virus potentiellement mortel dans une région où les soins de santé appropriés ne sont pas disponibles.

C’est le énième dilemme créé par une guerre qui détruit le tissu social depuis dix ans. C’est le même dilemme que celui de devoir choisir entre risquer de se noyer sur un canot pneumatique en Méditerranée ou de mourir à cause de bombes dans la patrie.

Cocktail mortel

‘Au cours des deux dernières semaines, plus de 16 000 personnes ont été infectées par le coronavirus dans le nord-ouest de la Syrie et plus de 300 personnes sont décédées », a déclaré Francisco Otero y Villar, chef de mission de Médecins sans Frontières (MSF).

En réalité, le nombre est encore beaucoup plus élevé. Le taux de positivité dépasse 50 pour cent. C’est le nombre de cas positifs sur 100 tests effectués, mais très peu de tests sont effectués en raison de la capacité de test limitée. ‘Si la moitié d’entre eux sont déjà positifs, cela indique un nombre énorme d’infections”, explique Otero y Villar.

Environ quatre millions de personnes vivent dans le nord-ouest de la Syrie. Proportionnellement, le nombre d’infections se rapproche fortement du nombre du plus grand pic de la crise du coronavirus en Belgique en octobre et novembre de 2020.

‘Les stocks d’oxygène sont extrêmement bas et les hôpitaux sont débordés, alors que seulement deux pour cent de la population a été vaccinée. Le secteur de la santé avait déjà été durement touché par les bombardements. L’infrastructure a été détruite, les médecins et les infirmières ont fui ou ont été tués. Il n’y a même pas assez de personnel pour les centres de santé temporaires. Cela risque de poser un problème maintenant.’

Si l’aide n’augmente pas rapidement, le nombre de décès continuera presque certainement à augmenter fortement dans les prochaines semaines. C’est ce qu’affirme Khaled Alkadi, le directeur de l’organisation caritative Violet Organization, qui coordonne l’aide depuis Antioche, une ville frontalière turque.

Alkadi est membre du groupe de travail Covid-19 officiel, qui fait également partie de l’Organisation mondiale de la Santé. Ce groupe de travail procède à des évaluations des besoins sur le terrain et les transmet aux grands donateurs internationaux tels que les Nations Unies, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne.

‘Tout le monde était au courant de l’état d’urgence imminent, mais il n’y avait pas de feuille de route de la réponse pour une nouvelle épidémie’, a déclaré Alkadi. ‘Notre capacité d’oxygène et de ventilation ne suffit que pour la moitié des patients. Le financement a été ramené de sorte que seulement 15 des 34 centres communautaires pour les patients Covid-19 sont toujours actifs. »

Ajoutez à ce cocktail: la grande méfiance de la population locale à l’égard des hôpitaux à Afrin depuis que la Turquie et les djihadistes contrôlent la région ; l’effondrement de l’économie et le manque d’aide publique au chômage temporaire, ce qui empêche les gens de rester chez eux ; et le sentiment général de découragement après dix ans de guerre, ce qui emporte qu’il y a peu d’enthousiasme pour suivre les mesures Covid-19.

Hôpitaux débordés

Même avec une méfiance envers les hôpitaux, il n’y a pas assez de lits et de respirateurs pour prendre en charge tous les patients touchés du COVID-19. C’est ce que dit Sarbas, qui a perdu sa mère le 22 septembre aux suites du COVID-19. Elle est décédée à Afrin, alors que lui-même vit depuis des années comme réfugié à Istanbul, la capitale de la Turquie, et il n’a pas pu la rejoindre.

Delvan, qui travaillait comme chauffeur de taxi avec le beau-frère de Sarbas à Afrin, lui téléphone depuis Louvain.

‘Soudain, maman a eu beaucoup de mal à respirer’, raconte Sarbas. ‘Ils ont essayé de l’emmener à un hôpital privé, mais elle n’y a pas été admise. Tous les lits étaient occupés. On vous met sur une liste d’attente, car il n’y a pas assez de lits avec des respirateurs.’

‘Ces hôpitaux privés sont trop chers de toute façon et mes parents n’ont même pas de l’argent pour acheter de la nourriture. Ils l’ont donc emmenée à un hôpital militaire. Elle y est décédée quatre jours plus tard. Elle avait 62 ans.’

Sarbas nous envoie une vidéo de sa mère qui respire lourdement dans son lit. Les images émeuvent. ‘C’était avant-hier. Vous voyez comment elle respire? Aujourd’hui, elle est morte’, dit Delvan. Dimanche le 3 octobre, il a dû se rendre à un enterrement pour la énième fois. Cette fois à Aix-la-Chapelle, où la sœur de Sarbas vit en tant que réfugiée.

‘On vous met sur une liste d’attente, car il n’y a pas assez de lits avec des respirateurs.’

‘Tous ceux qui sont atteints du COVID-19 et qui vont à l’hôpital ne survivent pas de toute façon’, dit Sarbas au téléphone. ‘Ces dernières semaines, beaucoup de personnes sont décédées à l’hôpital. Hier, encore trois de mes connaissances sont mortes à Afrin.

Aujourd’hui, même un jeune homme de trente ans. J’ai besoin d’un passeur pour emmener ma famille en Turquie. Les gens veulent fuir le COVID-19, la guerre, tout. Je ne sais pas quoi dire.’

Dans les hôpitaux, c’est le chaos total. Certaines personnes qui ont besoin des traitements à l’hôpital pour d’autres raisons sont refusées car tous les lits sont occupés par des patients du COVID-19. Alors que d’autres personnes qui sont admises à l’hôpital y contractent le virus.

Infecté à l’hôpital

La femme de Delvan, Rokan Abdo, a perdu sa mère Fatima Abdo le 1er juillet. ‘Ma maman, qui avait un cancer du sein, n’est pas morte du cancer, mais du coronavirus’, explique Rokan chez elle, à Louvain. ‘Je pense qu’elle a été infectée à l’hôpital auquel elle a dû aller pour la chimiothérapie. Elle n’est pas entrée en contact avec personne d’autre parce qu’elle était tout le temps chez elle, au lit.’

La note du médecin, que la famille a dû présenter au CPAS à Louvain pour obtenir un congé de deuil indiquait la cause du décès: ‘Madame Abdo, 67 ans, est décédée d’un arrêt cardiaque causé par le COVID-19.’

Fatima souffrait d’un cancer du sein depuis deux années. Sa vie n’a tenu qu’à un fil à plusieurs reprises car la guerre et les bombardements turcs l’ont empêchée de se rendre à l’hôpital pour recevoir le traitement vital.

Rokan elle-même venait de recevoir avec succès un traitement agressif contre un cancer du sein à Louvain et elle savait qu’un traitement approprié peut sauver des vies. De loin, elle endurait un terrible sentiment d’impuissance. Sa mère s’était totalement affaiblie. Le coronavirus lui a porté le coup de grâce.

Le cousin de Delvan, Roni Hossein, habite à Louvain depuis plus de dix ans. Il téléphone à sa tante à Afrin. ‘Dans notre appartement, presque tout le monde est infecté’, dit la femme. ‘Il y a déjà eu un décès, un homme du premier étage. Nous connaissons tant de personnes qui sont mortes. Même dans les villages. Hier, un homme de cinquante ans dans notre village à la campagne.’

(via Roni Hossein)

Des agents de santé transportent un patient atteint du COVID-19 à l’intérieur d’un centre de traitement du COVID-19 dans un hôpital de Jarablus, dans le nord de la Syrie.

Désespoir à Idlib

Ahmad Al-Hassan travaille dans un des centres communautaires pour les patients du COVID-19 à Idlib, une ville qui a été lourdement touchée par les bombardements russes. Il y travaille en collaboration avec Médecins sans Frontières.

‘Chaque matin, nous parcourons les statistiques’, explique Ahmad. ‘Ces dernières semaines, nous avons assisté à une augmentation considérable des infections, des admissions à l’hôpital et des décès. Environ mille personnes sont infectées par jour selon les chiffres officiels. Vous pouvez multiplier cela par dix, car nous n’avons pas assez de tests.’

Pour l’instant, Ahmad est en contact avec une centaine de personnes infectées via WhatsApp. Ils disposent d’un appareil qui mesure la quantité d’oxygène dont ils ont besoin. De cette façon, Ahmad sait quand ils ont besoin d’un respirateur.

‘Si la vie ne vaut rien depuis dix ans, pourquoi respecter encore les mesures?’

‘Ils peuvent venir en chercher un à l’hôpital pour l’utiliser à la maison, s’il n’y a pas de place à l’hôpital’, explique Ahmad. ‘Si la situation s’aggrave, ils doivent être admis. Mais il n’y a tout simplement pas de place. Actuellement, il y a trente personnes sur la liste d’attente. Nous avons 170 ventilateurs, c’est beaucoup trop peu. Je connais beaucoup de personnes qui sont décédées à la maison.’

Quand quelqu’un meurt, Ahmad doit contacter la famille. C’est également lui qui doit faire passer le message que seulement un nombre limité de membres de la famille peut assister aux funérailles.

Idlib est le dernier rempart qui est encore contrôlé par les milices qui s’opposent au président Bashar al-Assad. L’ONU considère la plus importante de ces milices, issue d’Al-Qaïda, comme une organisation terroriste. Cette milice a également mis en place une administration civile.

‘La semaine passée, par exemple, ils ont décidé de fermer les restaurants’, explique Ahmad. ‘Mais presque personne ne respecte les mesures. Ils avaient déjà renoncé à la vie après dix ans de guerre et la perte de tant d’êtres chers.

Si la vie n’a plus de valeur, pourquoi encore respecter les mesures? Ce que j’entends souvent, c’est que l’exposition au coronavirus est un suicide bienvenu.’

La Chine et la Russie aident Alep

Khalil Horo, une vieille connaissance de Roni Hossein de Louvain, travaille dans un centre médicosocial du régime Assad à Alep. Il y administre des tests. Il témoigne de la situation dans la ville.

‘Nous connaissons un pic d’infections inimaginable. Les gens ont des symptômes et les décès suivent souvent peu après. Aujourd’hui, un homme d’une cinquantaine d’années est décédé dans une ambulance.’

‘À Alep, il y a des mesures strictes et coercitives. Si une personne est gravement malade, elle doit se rendre à un centre de quarantaine fermé en dehors de la ville. Là-bas, le gouvernement travaille en collaboration avec la Croix-Rouge. Dans tous les bâtiments gouvernementaux, du gel hydroalcoolique est présent et le port du masque est obligatoire.’

‘La Chine offre une assistance médicale au régime Assad à Alep. Mais si mes proches à Afrin, à 60 kilomètres d’ici, sont infectés, ils sont condamnés.’

‘Pourtant, les infections sont nombreuses. C’est parce que l’économie est brisée. Si nous restons à la maison pour éviter les infections, nous ne recevons rien de notre employeur. Nous devons travailler pour survivre.’

‘Un euro vaut désormais 3900 lires syriennes. Le salaire mensuel est de 80 000 lires (20 euros, ndlr). Prenons le pain comme exemple. Un pain coûte 1 500 lires (un demi-euro, ndlr). Si vous devez acheter du pain pour toute la famille, vous dépensez la moitié du salaire d’un mois pour rien d’autre que du pain.’

Les parents et les frères de Khalil habitent à Afrin, à seulement soixante kilomètres de là. Il ne les a pas vus depuis 2016. Aujourd’hui, ce sont des mondes différents entre lesquels aucun mouvement n’est possible, sauf par l’intermédiaire de passeurs extrêmement coûteux.

‘Afrin est une prison, car ils ne peuvent également pas aller en Turquie. Ils sont piégés comme des rats. Aucun gouvernement ne se soucie d’eux. Ici, à Alep, la Chine aide le gouvernement syrien en fournissant des respirateurs pour les hôpitaux. Si mes proches à Afrin sont infectés, je ne peux pas les sauver. Toute personne qui est infectée maintenant à Afrin, est condamnée.’

Cet article a été rédigé avec l’aide de Tine Danckaers, Roni Hossein et Delvan Jafar.

Traduction: Esra Akbas, Isabelle Chabre dit le Clair, Lise Jennes (Virtual Translation Agency KULeuven).

Zonder jouw steun bestaat MO* niet.

Steun ons en word proMO* voor maar €4/maand of doe een vrije gift. 3190   proMO*’s steunen ons vandaag al. 

Word proMO* of Doe een gift

Over de auteur