Pasteurs nomades: “Protéger la nature, c'est investir dans l'avenir”

Ces éleveurs sont les canaris dans la mine de charbon d'une planète en crise

Herve Bossy (Vétérinaires Sans Frontières) 

Pensez un instant à toute l’eau présente sur notre planète et regardez la surface terrestre qui reste. Pas moins de la moitié de cette surface est constituée de pâturages naturels où errent les pasteurs nomades. Beaucoup d’entre eux vivent sur le continent africain, et leur mode de vie est une victime de la crise climatique. “Nous pouvons traire nos vaches beaucoup moins qu’avant. Et cela a tout à voir avec le manque de fiabilité de la pluie.”

Cet article a été traduit par Kompreno, avec le soutien de DeepL. Source originale.

Ils vivent dispersés dans la région du Sahel, d’ouest en est, jusqu’à la corne de l’Afrique : des éleveurs itinérants, avec ou sans résidence temporaire. Leur vie et leurs troupeaux suivent la pluie et les routes fixes, comme ils le font depuis des siècles. Invariablement dépendants des caprices de la nature, ils résident dans les endroits les plus inhospitaliers du continent. Ils fournissent de la nourriture à des millions de personnes. Mais la crise alimentaire dans la Corne de l’Afrique montre les limites de leur mode de vie.

Car aujourd’hui, après trois saisons des pluies ratées, il n’y a tout simplement plus d’eau et le bétail succombe. Déjà sept millions d’animaux seraient morts, selon les calculs des Nations unies. Que se passe-t-il lorsque le troupeau succombe ? “Les réserves sont épuisées. Le bétail est mort. Il ne reste que la faim”, nous informe Omar Mohamoud Qayaad depuis le Somaliland, en Afrique de l’Est.

Dans la Corne de l’Afrique, 20 millions de vies sont menacées par cette faim, résultat d’un changement climatique auquel ils n’ont pas contribué.

“Les réserves sont épuisées. Le bétail est mort. Il ne reste que la faim”, Omar Mohamoud Qayaad

L’élevage de bétail au Somaliland est-il condamné ? C’est la question à laquelle Qayaad, qui travaille pour l’Organisation de soutien aux migrants de la Corne de l’Afrique (HOMSO), espère ne pas avoir à répondre. Aujourd’hui, 64 % des habitants du Somaliland vivent encore de l’élevage. Cependant, il constate que les jeunes abandonnent leurs études. “Ils préfèrent choisir un travail rémunéré en ville”. Mais cette ville est approvisionnée en viande et en produits laitiers par les communautés pastorales itinérantes.

Pour protéger les écosystèmes fragiles des prairies sèches, il faut laisser les troupeaux paître. Même les Nations unies en reconnaissent la grande importance, c’est pourquoi elles ont déclaré 2026 Année internationale des prairies naturelles et des pasteurs. Mais ces mêmes pasteurs (les communautés de bergers itinérants) préfèrent ne pas attendre si longtemps pour souligner la valeur de leur mode de vie.

ⓒHerve Bossy (Vétérinaires Sans Frontières) 

Bon pour la planète

Les bergers itinérants sont souvent décrits comme des maîtres de l’adaptation. Cette adaptabilité devrait être une force, maintenant que la pluie et les saisons sont de plus en plus difficiles à prévoir. Mais c’est précisément pourquoi ils sont aussi le canari dans la mine de charbon de notre planète en crise. 

“Nous sommes effectivement habitués à la sécheresse”, explique Shoba Liban, de l’organisation à but non lucratif Pastoralist Women Health and Education au Kenya. “Mais lorsqu’il fait trop sec, il faut chercher de plus en plus loin l’eau et l’herbe. Le nombre de conflits augmente, et le taux d’échec des pasteurs est devenu très élevé.” Une tendance inquiétante, car la viande et les produits laitiers restent des sources importantes d’alimentation dans son pays également. D’ailleurs, leur demande est en forte hausse, selon les Nations unies.

Bien que le cheptel mondial soit responsable de 14,5% des gaz à effet de serre émis, le mode de production des éleveurs itinérants n’est tout simplement pas un fardeau pour la planète. “Nous traitons de manière très durable des ressources limitées”, précise Liban. “La viande est séchée pour éviter les déchets, et nos yaourts, par exemple, peuvent être conservés pendant deux à trois mois.”

“Toutes les formes d’élevage ne sont pas pernicieuses pour la planète”, fait écho Anthony Denayer, de l’ONG belge Vétérinaires sans frontières. “Les chiffres actuels sur les émissions sont principalement basés sur l’élevage intensif dans les pays industrialisés.” L’élevage intensif consiste à utiliser le moins de terres possible pour le plus grand nombre de bovins possible. Selon Denayer, il ne faut pas le comparer à l’élevage extensif, où les animaux paissent sur de très grandes surfaces.

“Nos bovins en mouvement restaurent les écosystèmes fragiles et, avec leur fumier, rendent la terre fertile”, Hindou Oumarou Ibrahim

“Les éleveurs extensifs n’ont qu’un impact limité, voire positif, sur l’environnement”, souligne Denayer. “Ils utilisent de manière durable de vastes zones de pâturage. Ce type d’élevage protège également les nombreuses espèces végétales et animales menacées dans ces paysages. Et nous savons aujourd’hui qu’il peut justement favoriser le stockage du carbone dans le sol. Cela peut compenser les émissions de gaz à effet de serre.”

Il fait référence à ce qui se passe lorsque les racines des plantes meurent : le carbone absorbé par les plantes est ainsi stocké dans le sol. Il ne se retrouve donc pas dans l’atmosphère et n’amplifie donc pas le réchauffement climatique.

Que cette forme d’élevage s’avère être d’une grande importance dans la lutte contre le changement climatique est également un message que plusieurs porte-parole des communautés pastorales itinérantes tentent de diffuser. “Nous restons à un endroit pendant deux ou trois jours. Nos bovins en mouvement restaurent les écosystèmes fragiles et, avec leur fumier, rendent la terre fertile”, fait écho l’une des principales voix africaines des pasteurs, Hindou Oumarou Ibrahim, d’une association de Pods du Tchad centrafricain, l’Association des Femmes Peules Autochtones du Tchad(AFPAT). “Nous suivons le rythme des saisons, laissant à la nature le temps de se reconstituer. Quand nous partons, la terre est plus fertile qu’avant, grâce à nos pratiques ancestrales et agro-écologiques.”

Le lac Tchad contient aujourd’hui 90 % d’eau en moins que dans les années 1960, ce qui a alarmé Hindou Oumarou Ibrahim il y a des années. “Quand j’étais enfant, on trayait les vaches deux fois par jour pendant la saison des pluies. Pendant la saison sèche, c’était une fois, soit le matin, soit le soir. Aujourd’hui, c’est une fois tous les deux jours. Cela a tout à voir avec le manque de fiabilité de la pluie, conséquence du réchauffement climatique. La saison des pluies est de plus en plus courte. Les pluies qui tombent sont le plus souvent des crues torrentielles qui emportent l’herbe.”

ⓒHerve Bossy (Vétérinaires Sans Frontières) 

 

Chassés de leur propre terre

L’année 2026 sera donc l’année des pâturages naturels et du pastoralisme, à la suggestion de la Mongolie, comme l’a décidé l’Assemblée générale des Nations unies au début de cette année. Les pâturages sont inestimables pour la biodiversité, on l’entend désormais aussi au niveau international. Et le pastoralisme durable serait la clé de la protection de ces pâturages.

Mais pendant trop longtemps, les communautés itinérantes elles-mêmes ont été peu ou pas du tout impliquées dans la politique. Leur mode de vie était facilement considéré comme primitif et de peu de valeur. “Nous sommes plus que les habitants d’un terrain vague”, tel devrait être le message, selon Shoba Liban, l’activiste kenyan.

Les pasteurs nomades utilisent les terres communautaires depuis des siècles. L’utilisation des pâturages n’a encore que peu de base juridique dans de nombreux pays. Les droits fonciers doivent revenir aux communautés, soutient l’activiste tchadien Hindou Oumarou Ibrahim. “L’année internationale est l’occasion d’impliquer réellement les communautés dans la prise de décision”, espère-t-elle. La croissance démographique, les frontières et la privatisation des terres ont rendu l’accès à la terre complexe et inégal dans de nombreux endroits.

Depuis plus de dix ans, le gouvernement tente d’expulser quelque 70 000 Masaïs de leurs pâturages naturels.

Les conflits pour la terre, mais aussi pour l’eau, ne sont pas nouveaux, et la consultation entre groupes nomades et entre pasteurs, agriculteurs et pêcheurs fait partie de la tradition dans de nombreux endroits. “Mais cette autorité de nos aînés est toujours sapée par le gouvernement”, observe Liban en pratique. “Les fonctionnaires locaux et les agents de police, par exemple, n’accordent pas de valeur juridique aux accords que les communautés concluent verbalement entre elles.”

Dans le nord de la Tanzanie, à Loliondo, le gouvernement et les Masaïs sont en désaccord. Pas plus tard qu’en juin, des membres des Masaï ont été expulsés de force par les autorités. Cela illustre la fragilité des droits des pasteurs itinérants. Depuis plus de dix ans, le gouvernement tente d’expulser quelque 70 000 Masaïs de leurs pâturages naturels.

Une zone de plus de 1 500 kilomètres carrés a depuis été attribuée à une société des Émirats arabes unis, Otterlo Business Corporation. Elle organise des parties de chasse pour l’une des personnes les plus riches de la planète : le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, émir de Dubaï, premier ministre, vice-président et ministre de la défense des Émirats arabes unis.

Plus forts ensemble

Les pays qui cherchent à s’adapter au changement climatique feraient bien de mieux protéger les droits fonciers des pasteurs itinérants. Par exemple, la création d’une association foncière communautaire (CLA) dans la région turbulente de Karamoja, dans le sud de l’Ouganda, s’est avérée être une bonne chose. C’est du moins ce que pense Emmanuel Lomongin, fonctionnaire du district. Il est responsable de la gestion de la faune dans le district voisin de Kaabong.

Dans une telle CCT, les représentants des différentes communautés décident ensemble de tout ce qui se passe en surface. Ces consultations sont conformes aux traditions, mais deviennent ainsi formelles. Cela donne plus de poids juridique et politique aux décisions.

Le gouvernement ougandais conserve la possibilité de décider du sous-sol et donc d’accorder des concessions minières aux acteurs commerciaux intéressés. Mais davantage de CCT ont été établies dans le sud de Karamoja, dans chaque cas par un groupe ou une communauté. Celles-ci ont été réunies au sein d’un trust, Rucodet, représentant un total de 35 000 pasteurs.

Le mode de fonctionnement du trust unit les communautés, dans une région où les divisions sont souvent grandes. Même les compagnies minières ne peuvent plus éviter Rucodet, affirme Anthony Denayer de Vets Without Borders, l’organisation qui soutient le trust. Le conseil communautaire rassemble les différents groupes et a déjà réussi à récupérer des zones auprès des compagnies minières, ou à imposer des compensations.

Dans le nord de Karamoja, un tel conseil n’existe pas encore. Mais le fonctionnaire du district Lomongin et Gabriel Achoro de l’ONG locale Dodoth Agro-Pastoralist Development Organization (DADO) impliquent déjà aujourd’hui les communautés dans des projets très concrets et importants, expliquent-ils à MO*.

Il s’agit de projets tels que la gestion de l’eau, par exemple. Avec le soutien de l’ONG belge Join For Water et de Vets Without Borders, ils cherchent des moyens d’utiliser et de stocker au mieux l’eau rare.

Dans les régions où l’eau est rare, les nouvelles sources d’eau ou les projets d’irrigation peuvent intensifier les conflits entre les communautés, comme le montrent les recherches. Un rapport de l’ONG Wateraid illustre comment de nouveaux puits dans le nord de la Tanzanie, par exemple, ont eu un effet d’aspiration. Les intérêts élevés ont rapidement dépassé la capacité du puits. Les investissements dans la collecte et l’accès à l’eau sont nécessaires, mais dans cette région, ils n’ont fait que renforcer les conflits entre agriculteurs et éleveurs, au lieu de les résoudre. C’est pourquoi il est important de gérer l’eau en concertation avec les parties prenantes.

“Nous essayons d’apporter notre soutien à l’élaboration de plans de gestion de l’eau, entre autres choses”, explique Achoro. “Par exemple, pour construire des barrages ou des canaux souterrains afin d’éviter l’érosion. Ces plans sont ensuite reconnus par le gouvernement local et peuvent ainsi être intégrés dans les politiques.”

L’homme, le bétail et les armes à feu

Pan Paul Kenye est membre du comité local de gestion de l’eau. Il se réjouit des investissements car les défis sont grands. En grandissant, sa famille avait encore un troupeau d’une centaine de bovins. Aujourd’hui, par nécessité, son activité principale est devenue l’agriculture. Il n’a perdu ses quatre dernières vaches que récemment. Les deux premières à l’une des nombreuses maladies qui gagnent du terrain dans la région en raison du changement climatique. Les maladies transmises par les tiques, comme la fièvre de la côte Est, sont en augmentation. La fièvre aphteuse a également fait des ravages, témoigne Gabriel Achoro, membre du personnel de la DADO.

Et puis, les deux dernières vaches de Pan Paul Kenye ont été volées par “les voisins”. Il fait ici référence aux tensions entre les bergers ougandais et kenyans, qui ont à nouveau augmenté. Car dans le nord-est de l’Ouganda, un vieux conflit s’enflamme à nouveau. Karamoja est la région la plus aride du pays, bordée par le Kenya et le Sud-Soudan et est souvent appelée “le pays des bergers errants, du bétail et des armes”.

A partir de la fin des années 1970, les armes artisanales ont été remplacées par des armes à feu dans la région.

Quatre-vingt pour cent de ses habitants y vivent principalement de l’élevage semi-nomade du bétail. En effet, non seulement les Karamojong, mais plusieurs autres communautés migrent dans les mêmes pâturages, par-delà trois frontières nationales. Les Turkana, les Dodoth, les Jie et les Teso, comme les Karamojong, font paître le troupeau partout où l’on trouve de l’herbe.

Un troupeau peut parfois compter plus de 1 000 vaches et constitue le bien le plus précieux d’une communauté itinérante. Traditionnellement, les animaux étaient protégés des intrus humains et animaux avec des armes légères. Dans cette région aride, l’accès à l’eau et aux pâturages a toujours été rare, et les conflits alternaient avec les négociations dans le cadre de la stratégie de survie.

Mais à partir de la fin des années 1970, les armes artisanales ont été remplacées par des armes à feu dans la région. Dans les années 1980, les armes automatiques ont commencé à circuler de plus en plus en raison des guerres civiles en Ouganda et au Sud-Soudan (qui faisait alors partie du Soudan). Les vols de bétail n’étaient pas un phénomène nouveau, mais la course aux armes locale a coûté de nombreuses vies animales et humaines.

Au début du millénaire, des campagnes de désarmement ont été lancées au Kenya et en Ouganda. Mais la mise en œuvre inégale de ce désarmement, surtout du côté ougandais, semble être à l’origine de frustrations. “Il y a de nouveau de nombreux conflits avec les voisins kenyans qui traversent les frontières”, explique Emmanuel Lomongin, fonctionnaire du district. La sécheresse au Kenya a poussé plusieurs communautés à revenir dans le Karamoja. Il y a actuellement des négociations au-delà des frontières, sait Pan Paul Kenye, mais pour l’instant la situation reste tendue.ⓒHerve Bossy (Vétérinaires Sans Frontières) 

Point de basculement

Les effets des tensions se font sentir dans les communautés itinérantes de cette région ougandaise. Un certain nombre de personnes abandonnent tout simplement les pâturages et l’élevage de bétail. “Vous voyez des gens migrer à la recherche de travail en ville, comme ouvriers par exemple”, témoigne Lomongin. “Vous voyez également une augmentation du nombre de mariages d’enfants. En raison de problèmes financiers, les filles mineures sont mariées plus tôt qu’elles ne le seraient autrement.”

“Les jeunes commencent aussi souvent à couper des arbres pour faire du charbon de bois et le vendre en ville”, ajoute Achoro. L’augmentation de l’exploitation illégale des forêts amplifie les problèmes d’érosion. Car lorsqu’il y a moins de racines pour retenir le sol, celui-ci est plus facilement lessivé ou soufflé et devient moins fertile. C’est un cercle vicieux qui l’inquiète.

Lomongin pense qu’il est possible d’arriver à des solutions durables. En réunissant les communautés au sein d’une structure, comme le trust Rucodet, et en augmentant leur propriété et leur contrôle sur les terres communautaires.

“En vivant en harmonie avec la nature depuis des siècles, nous savons que protéger la nature est un investissement dans l’avenir de nos enfants”, conclut Hindou Oumarou Ibrahim. “Nous voyons suffisamment d’exemples de réussite où les agriculteurs, les pêcheurs et les éleveurs trouvent de belles solutions.”

Dans ses plaidoyers, Ibrahim ne cesse de rappeler aux pays industrialisés leurs responsabilités, mais il appelle aussi à apprendre des communautés concernées. “Nous avons trouvé des solutions adaptées à la nature : protéger les sources d’eau douce, identifier des cultures plus résistantes à la sécheresse et lutter à la fois contre le changement climatique et la désertification grâce à un élevage durable. Cela profitera aux peuples autochtones, aux femmes, à la région du Sahel et, en fin de compte, au monde entier.”

Cet article a été traduit par Kompreno, avec le soutien de DeepL. Source originale.

Maak MO* mee mogelijk.

Word proMO* net als 3306   andere lezers en maak MO* mee mogelijk. Zo blijven al onze verhalen gratis online beschikbaar voor iédereen.

Ik word proMO*    Ik doe liever een gift

Over de auteur