En 2019, 90 pourcent des demandes d'asile des Salvadoriens ont été acceptées; en 2020, à peine 10 pourcent.

La Belgique ferme la porte aux demandeurs d'asile salvadoriens

© José Cabezas

‘Voir, entendre et se taire’ est le message de ce graffiti dans la capitale du Salvador. Si vous êtes persécuté par le gang, vous n’avez aucun avenir dans cette région.

Les demandeurs d’asile en provenance du Salvador ne reçoivent pratiquement jamais de réponse positive à leur demande de protection dans notre pays. En 2020, à peine 10 pourcent des demandes d’asile des Salvadoriens ont été approuvées, contre 90 pourcent en 2019. Le changement de tendance indique-t-il une révision de la politique? MO* est parti à la recherche d’une explication et a parlé avec un demandeur d’asile salvadorien à Bruxelles.

En bref :

  • En 2020, à peine 10 % des demandes d’asile des Salvadoriens ont été accordées. En 2019, ce chiffre était de 90 %.
  • La plupart des gens fuient le Salvador pour échapper aux gangs extrêmement violents, la Mara Salvatrucha et le Barrio 18, qui dominent une grande partie de la vie dans ce pays. Ils ne reculent pas devant les extorsions, les menaces de mort, les enlèvements et les meurtres.
  • En 2020, le nombre de Salvadoriens ayant demandé la protection en Belgique était bien inférieur : ils étaient 538, alors qu’ ils étaient encore 1369 en 2019. Cela est dû en partie à la crise du corona.
  • Mais les avocats, les organisations de réfugiés et d’autres ont formulé des critiques : les décisions négatives concernant les demandes d’asile des Salvadoriens sont apparemment motivées de manière arbitraire.
  • Les anciens assesseurs du CGRA indiquent qu’ils n’avaient pas suffisamment de connaissances pour mener leurs entretiens avec les demandeurs d’asile du Salvador. Le CGRA le conteste.
  • Au moins 120 demandeurs d’asile salvadoriens ont déjà procédé à un “retour volontaire” depuis novembre, une pratique que le nouveau secrétaire d’État à l’asile et aux migrations, Sammy Mahdi (CD&V), souhaite accélérer. “Mais si vous êtes persécuté par un gang, vous n’avez aucun avenir dans cette région”, répondent les ONG.


Le 12 novembre 2020, un vol affrété est parti de Zaventem avec environ quatre-vingts Salvadoriens à bord, avec pour destination leur pays d’origine. La raison: le “retour volontaire”. Au début du mois de décembre, 21 autres Salvadoriens sont partis, et une vingtaine supplémentaire lors d’un troisième vol, plus tard dans le mois.

Le nouveau secrétaire d’État à l’asile et à la migration, Sammy Mahdi (CD&V), veut apporter un souffle nouveau à la politique d’asile de notre pays: le retour volontaire rapide doit devenir un fer de lance de sa politique. Les demandeurs d’asile du Salvador, un petit pays d’Amérique centrale de 6,7 millions d’habitants, sont déjà familiarisés avec cette approche.

Les chiffres de l’arrivée et du départ des demandeurs d’asile salvadoriens dans notre pays sont frappants. En 2019, le Salvador a été classé parmi les cinq premiers pays d’origine des demandes d’asile en Belgique. 1369 Salvadoriens ont alors demandé l’asile en Belgique, selon les chiffres du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). Le Salvador s’est ainsi classé à la cinquième place, après l’Afghanistan, la Syrie, la Palestine et l’Irak.

En 2020, le nombre de demandes d’asile en provenance du Salvador a connu une forte baisse: à peine 538 Salvadoriens ont demandé la protection dans notre pays. Le Salvador est ainsi tombé à la neuvième place en nombre de pays d’origine des demandeurs d’asile. La plupart des demandes ont été présentées au cours des trois premiers mois de 2020. Par la suite, le nombre de demandes était d’environ dix par mois, ce qui peut s’expliquer en partie par la crise du Corona.

Bien qu’il y ait eu moins de demandes de la part des Salvadoriens en 2020, leurs chances d’obtenir réellement l’asile dans notre pays ont également diminué de façon spectaculaire. Jusqu’à la mi-2019, près de 90 pourcent des demandeurs d’asile salvadoriens ont reçu une réponse positive. Mais en 2020, par contre, quelque 90 pourcent des demandes salvadoriennes ont été rejetées en Belgique, selon les chiffres d’Eurostat.

La situation sécuritaire au Salvador a-t-elle changé? Et le “retour volontaire” est-il une solution pour ces centaines de réfugiés en quête de protection internationale?

Vingt ans de violence des gangs

Contrairement aux autres pays figurant dans le top 5 des demandeurs d’asile (Syrie, Palestine, Afghanistan, Irak), nous en savons moins sur les raisons qui poussent les gens à fuir le Salvador. Des gangs rivaux et extrêmement violents, la Mara Salvatrucha-13 (MS-13) et le Barrio 18, sèment depuis une vingtaine d’années une terreur qui imprègne toute la société.

L’origine de ces gangs se trouve dans la ville américaine de Los Angeles. Les jeunes Salvadoriens y ont fui pendant la guerre civile au Salvador de 1980 à 1992. Ils sont entrés en contact avec des gangs américains et leurs activités criminelles. Lorsque les jeunes sont retournés au Salvador après la guerre civile, ils ont emporté la violence avec eux.

Aujourd’hui, ces jeunes mènent une lutte acharnée au Salvador pour le contrôle de l’ensemble du territoire. Ils gagnent de l’argent grâce à l’extorsion mais fournissent également des services à d’autres criminels, comme la contrebande d’armes et de drogues. Ou bien ils agissent comme des sicarios, des tueurs à gages.

Les deux grands gangs comptent ensemble 60 000 membres: c’est le noyau dur. Ils consacrent leur vie au gang, et sont souvent reconnaissables grâce à des tatouages spécifiques. Ce à quoi il convient d’ajouter plus de 600 000 “collaborateurs” supplémentaires: les gangs peuvent compter sur eux pour toutes sortes de services. Les gangs sont actifs sur 94 pourcent du territoire du Salvador.

‘Mes parents ont refusé’

Nous rencontrons Jorge Iglesias (24 ans) originaire du Salvador à la gare centrale de Bruxelles. Il est hébergé dans un centre d’accueil Fedasil à Jodoigne, avec sa sœur María (20 ans) et son frère Carlos (18 ans). Ils sont arrivés dans notre pays en juin 2019, en quête de protection internationale.

Jorge a fui la terreur qui le hante depuis plus d’une décennie. En 2006, le président de l’époque (Antonio Saca, NDLR) voulait mettre fin à la violence des gangs avec son plan “Main dure”. Il a fait enfermer en masse des membres de gangs, souvent sans preuves suffisantes.

‘Mes parents ont refusé de défendre les dossiers d’un groupe de membres d’un gang. Le 1er avril 2006, ils ont disparu: kidnappés par le MS-13.’

‘Mes parents étaient tous deux avocats. Quand les procès contre les membres du gang ont commencé, ils ont forcé mes parents à défendre leurs dossiers’, explique Jorge. Le jeune homme est originaire d’un quartier pauvre de la périphérie de la capitale San Salvador, où le gang MS-13 est actif. ‘L’un des dossiers qu’ils devaient défendre concernait un groupe de 23 membres de gang. Mes parents ont refusé’.

La police a été peinée de voir le nombre de membres de gangs qui ont été libérés par manque de preuves. ‘Ils ont à leur tour commencé à faire pression sur les avocats, y compris mes parents. Ne plus défendre les membres des gangs, ou fournir des preuves. Mes parents étaient donc sous la pression du MS-13 et de la police. Le 1er avril 2006, ils ont disparu. Enlevé par le MS-13. J’avais quatorze ans à l’époque et je suis resté avec ma sœur et mon frère’.

L’épidémie du corona étant toujours présente dans le pays, nous cherchons un endroit sûr pour poursuivre notre conversation, maintenant que la porte de la rédaction de MO* est également fermée à clé. Nous trouvons un endroit chaleureux dans l’église du Béguinage, au cœur de Bruxelles. Depuis quelques années, cette église est utilisée par la House of Compassion, un groupe de chrétiens au grand cœur pour les réfugiés et les personnes sans papiers.

Jorge retire deux dossiers de son sac à dos. L’un d’eux est le dossier judiciaire de son oncle, qui a demandé et obtenu l’asile aux États-Unis. L’autre est un dossier contenant des coupures de presse sur ce qui est arrivé à ses parents.

Le 15 juin 2007, un an après la disparition de ses parents, leurs dépouilles ont été retrouvées. Le commanditaire était un dirigeant du MS-13 qui avait ordonné le meurtre depuis la prison.

L’oncle de Jorge, également avocat, qui a travaillé avec le père de Jorge, a ouvert une enquête. Jorge nous montre le dossier avec les coupures de presse. La presse a largement couvert le meurtre de ses parents, Jorge Alberto Iglesias Lopez et Maria Hortencia de Iglesias.

Le gang n’oublie jamais

Dans les années qui ont suivi, les membres du MS-13 ont continué à poursuivre et à intimider Jorge et sa famille. Mais la police a également fait obstruction à l’enquête, en divulguant des informations confidentielles aux membres du gang. Finalement, l’enquête sur les meurtres a été abandonnée.

L’oncle et la tante de Jorge ont obtenu l’asile aux États-Unis. Jorge, son frère et sa soeur, mineurs et sous la garde d’un autre oncle et d’une tante, sont restés au Salvador, mais ont été constamment harcelés et menacés par le MS-13. Même après avoir déménagé, plusieurs fois.

Jorge: ‘En 2017, ma famille a dit: “Le gang n’oublie jamais. Vous n’avez aucune perspective au Salvador. Ce ne sont pas des gens, ce sont des animaux”’. Finalement, il a fallu attendre juin 2019, après de nouvelles menaces, pour que Jorge parvienne à quitter le Salvador avec sa sœur et son frère mineur. Via le Guatemala, avec l’aide d’un avocat et de l’Église luthérienne. Ils avaient perdu toute confiance dans les tribunaux et la police.

‘Je voulais aller dans un pays où les maras (membres du gang Mara Salvatrucha, ndlr) n’opèrent pas. Et un endroit où nous pourrions commencer une nouvelle vie. J’ai entendu dire qu’en Allemagne et en Espagne, il y a beaucoup de discrimination. La Belgique, en tant que pays multiculturel au centre de l’Europe, semblait être un bon endroit pour recommencer à zéro. Nous allions surmonter la barrière de la langue’.

Tatouage de gang ou pas?

Le 12 juin 2019, Jorge, María et Carlos Iglesias atterrissent à Zaventem. Quelques jours plus tard, ils se sont inscrits au Petit Château, le centre de demande d’asile de Fedasil. Une longue interview au CGRA a suivi en février. La réponse est arrivée en mai et a été négative.

‘J’avais l’impression que la personne qui nous a interrogés n’avait pas une connaissance suffisante de la situation au Salvador.’

Le CGRA a donné les raisons de ce rejet. Jorge: ‘J’avais déclaré que le jeune qui me suivait avait un tatouage du MS-13. Mais avant cela, un avocat avait pris note de mon récit, et j’avais déclaré: “Je sais qu’il avait un tatouage, mais je n’ai pas osé le regarder de près pour voir si c’était bien un tatouage du MS-13. Je pense que oui, mais je ne suis pas sûr”. Pendant I’entretien, j’ai voulu clarifier cette déclaration. C’est pourquoi ils ont dit que mon témoignage était incohérent’.

‘Ils m’ont aussi demandé pourquoi je n’avais pas fait changer mon nom de famille si j’étais si menacé’, a continué Jorge. ‘Mais c’est interdit de changer son nom de famille comme ça. Ils ont également demandé: ‘Si les membres du gang vous ont tant menacé, pourquoi ne vous ont-ils pas tué?’ Comment pourrais-je le savoir? Parfois ils tuent, au hasard, parfois ils vous intimident. Pourquoi feraient-ils cela? Parce que nous sommes les témoins du meurtre de nos parents’.

‘Dans leur réponse, le CGRA qualifie notre situation de problème économique. Nous n’avons aucun ‘problème économique’ du tout. Nos parents avaient trois maisons, notre famille aux États-Unis nous soutient. J’avais l’impression que la personne qui nous a interviewés n’avait pas une connaissance suffisante de la situation au Salvador, et que l’interprète n’en savait pas assez pour pouvoir traduire mon récit avec précision. Et s’ils ne veulent pas de nous ici, ils peuvent peut-être nous envoyer dans un autre pays’.

La violence en Amérique centrale

De tous les pays d’Amérique centrale, le Salvador est celui qui compte le plus grand nombre de réfugiés, selon les chiffres récents du UNHCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés. Rien qu’au cours du premier semestre 2020, 187 232 Salvadoriens ont fui leur pays. Se réfugier dans un pays voisin n’offre pas immédiatement de solution, car toute la région est confrontée à des problèmes tels que l’extorsion, les menaces de mort et autres violences de gangs. Un récent rapport de l’Unicef et du UNHCR l’a une nouvelle fois clairement démontré.

Selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, un million de personnes sont en exil dans toute l’Amérique centrale. En raison de l’insécurité, de la persécution ou de l’extorsion par des gangs criminels, qui souvent sollicitent également de jeunes enfants, ou des violences contre les personnes LGBTQ (lesbiennes, gays ou bisexuels, trans ou queer, NDLR).

Les pays d’Amérique centrale sont parmi les plus pauvres d’Amérique latine. COVID-19 et les récents ouragans en cours ont exacerbé les conditions difficiles dans lesquelles vivent la plupart des Centraméricains.

Conjectures hasardeuses ou critères peu clairs?

Jorge a fait appel de la décision du CGRA. L’avocat en charge du dossier de Jorge n’a pas souhaité faire de commentaires afin de ne pas influencer cette procédure.

L’avocat Alexander Loobuyck, du cabinet Halius Advocatenkantoor à Bruges, a accepté de partager son expérience concernant les demandes d’asile des Salvadoriens. Au cours des deux dernières années, il a reçu plus de 200 de ces demandes dans son cabinet.

Ce qui est frappant dans ces dossiers, nous dit Loobuyck, c’est le manque apparent de cohérence des critères d’approbation ou de rejet lorsque l’on compare différents avis négatifs. ‘Parfois, l’évaluation semble se fonder sur une intuition plutôt que sur une enquête approfondie et un cadre d’évaluation cohérent.’

David Serlet, interprète assermenté et associé de Loobuyck, ajoute: ‘On entend parfois dire: “Vous avez déposé une plainte à la police et vous savez que la police est corrompue. Cela nuit certainement à votre crédibilité”. Et cette semaine, nous avons eu une femme à qui l’on reprochait dans son rapport: “Vous n’avez pas porté plainte à la police, vous auriez dû le faire de toute façon. Vous n’avez donc aucune crédibilité”’.

‘Autrefois, presque tout le monde était reconnu’, dit Loobuyck. ‘Ce n’est pas normal. Après tout, il n’est pas possible que tout le monde ait une histoire crédible. Mais maintenant, ils ont opéré un virage vers un rejet presque total, et cela n’a pas de sens non plus. La politique était autrefois trop laxiste, elle semble aujourd’hui trop stricte’.

Mais l’avocat estime que le manque apparent de cohérence est particulièrement difficile à gérer. ‘J’ai l’impression que les décisions relatives aux demandes d’asile de personnes originaires, par exemple, de Colombie ou du Venezuela sont mieux fondées.’

‘Le CGRA part apparemment du principe qu’il est normal que des personnes se fassent extorquer.’

La majorité des demandeurs d’asile salvadoriens fuient l’extorsion de fonds par un gang. Si la victime refuse de payer, elle est menacée de mort.

L’évaluation de cette pratique par le CGRA semble parfois reposer sur un raisonnement pervers, estime David Serlet. ‘Dans une décision finale rendue, il est écrit: “Vous payiez 300 dollars par mois et vous gagniez 800 dollars. Mais vous dites que vous ne pouviez pas continuer à payer ce montant et ne nous expliquez pas pourquoi”. Le CGRS part apparemment du principe qu’il est normal que des personnes se fassent extorquer’.

La violence et l’extorsion des gangs ne sont d’ailleurs pas considérées comme une persécution politique, mais comme des actes criminels, où les gangs agissent pour des motifs économiques. Ce type de menaces n’est donc pas couvert par la Convention de Genève et ne constitue donc pas un motif de reconnaissance du statut de réfugié.

Loobuyck: ‘Les Salvadoriens ne peuvent prétendre qu’au statut de protection subsidiaire. C’est une disposition de la loi relative aux droits des étrangers qui vise à combler les lacunes de la Convention de Genève. Mais même ce statut ne leur a guère été accordé récemment.’

Lorsqu’une affaire est rejetée, le demandeur d’asile peut toujours faire appel au Conseil pour un litige relatif au droit des étrangers. Cependant, la pratique a montré que les chances de renverser l’avis du CGRS sont faibles.

Évaluation sans connaissance approfondie

Les demandeurs d’asile salvadoriens, ainsi que l’avocat Loobuyck, mettent en doute l’objectivité et l’expertise avec lesquelles les entretiens au CGRA sont menés. Ce sont les dénommés officiers de protection du CGRA qui mènent les entretiens. Il ou elle est un personnage clé dans toute la procédure. L’officier de protection est particulièrement déterminant dans l’avenir du demandeur d’asile car son jugement est fondamental dans la décision finale prise au sujet de la demande d’asile.

On nous dit qu’un certain nombre d’officiers de protection n’ont pas reçu de formation spécifique en vue de leurs entretiens avec les demandeurs d’asile du Salvador. Afin de préparer les entretiens et d’évaluer les témoignages des demandeurs d’asile, ils ont dû s’appuyer sur leur connaissance personnelle de la situation. En conséquence, ils ont été amenés à prendre des décisions sans formation suffisante.

Le nombre de rejets de demandes d’asile déposées par les Salvadoriens est-il si élevé parce qu’il doit respecter un quota prédéterminé? ‘Il n’y a pas de quotas, ce qui serait absolument contraire au droit international’, a déclaré un ancien officier de protection à MO*.

‘L’évaluation finale est basée sur le profil spécifique et la vulnérabilité du demandeur’, explique l’ancien officier de protection. ‘À un homme issu de la classe moyenne, bien intégré, aisé et instruit, vous pourriez demander: “Pourquoi n’êtes-vous pas allé à la police?” Mais une femme célibataire analphabète a moins de choix. L’asile est un statut individuel, basé sur leurs histoires personnelles, leurs familles, leurs vulnérabilités et leurs compétences.’

‘C’est un travail difficile. Vous devez prendre des décisions qui sont déterminantes pour l’avenir de ces personnes.’

Mais il y a toujours un aspect personnel, composé de plus ou moins d’empathie, qui est inévitable, fait remarquer l’ancien agent de protection. ‘Si vous avez déjà travaillé dans le pays concerné, ou si vous avez de l’expérience sur le terrain avec les réfugiés et les migrants, vous porterez un regard différent par rapport à quelqu’un qui n’a aucune expérience ou qui a une mentalité très bureaucratique.’

Il est également frappant de constater le taux de rotation élevé des officiers. Cela a-t-il un rapport avec les conditions de travail ou avec la procédure elle-même? L’ancien officier de protection que nous avons interrogé le dément avec force. Elle a occupé ce poste pendant deux ans et demi. ‘C’est un maximum. C’est un travail difficile. En raison des témoignages que vous entendez, des histoires que les gens racontent et de la responsabilité que vous avez. Vous devez prendre des décisions qui sont déterminantes pour l’avenir de ces personnes’.

‘Et il y a un autre élément’, poursuit l’ancien employé. ‘Si vous faites cela pendant trop longtemps, vous entendez les mêmes histoires se répéter. Donc quelqu’un reprend l’histoire de quelqu’un d’autre. Il n’est pas toujours facile de savoir qui raconte la vraie histoire et qui en abuse. Néanmoins, ici aussi, les principes suivants s’appliquent: chaque demandeur d’asile doit être écouté individuellement et chaque demandeur a droit à la reconnaissance jusqu’à preuve du contraire.’

Le CGRA se défend

Dans une communication du 10 octobre 2020, le CGRA a indiqué que le nombre de demandes en provenance du Salvador avait considérablement augmenté au cours des mois précédents, mais que cela ne signifiait pas que les demandeurs se voyaient systématiquement accorder le statut de protection. La communication précise que ‘les demandes sont évaluées sur la base des mérites individuels’.

Dirk Van den Bulck, commissaire général du CGRA, explique le changement de politique concernant le Salvador dans une interview avec MO*. Il dément formellement qu’il y ait eu des pressions politiques de la part du gouvernement ou des partis politiques.

Selon M. Van den Bulck, le changement de politique est lié, d’une part, à l’évolution de la situation au Salvador et, d’autre part, à un examen plus approfondi du nombre croissant de demandeurs d’asile en provenance du Salvador, sur la base d’une formation appropriée dispensée aux officiers. Il a été rapporté que ces dernières années, les demandeurs d’asile du Salvador ont parfois été reconnus sans entretien préalable.

Le profil des demandeurs d’asile du Salvador a également changé, selon M. Van den Bulck. L’augmentation du nombre de demandes montre, dit-il, que certaines personnes viennent pour un regroupement familial avec des membres de leur famille qui ont déjà reçu la protection, alors qu’elles ne sont pas elles-mêmes en danger.

Cela ne signifie pas, selon Van den Bulck, qu’il n’y a pas de problème de sécurité au Salvador. C’est ce qui ressort également du rapport volumineux sur le Salvador utilisé par le CGRA.

‘Les personnes qui sont en danger réel ne demandent pas de retour volontaire. Mais certaines personnes choisissent de le faire alors que leur demande est encore en cours.’

Nous présentons également à Dirk Van den Bulck le témoignage d’un ancien officier de protection du CGRS, qui a lui-même estimé qu’il n’était pas suffisamment préparé à sa tâche. Le commissaire général indique qu’il existe une formation générale pour tous, qu’une formation spécifique par pays n’est pas toujours nécessaire et que les demandes des demandeurs d’asile salvadoriens ne sont pas si compliquées. De plus, il ajoute: si un officier de protection se sent insuffisamment préparé, il peut toujours demander de l’aide en interne.

Van den Bulck nie que les officiers de protection ne soient pas suffisamment préparés à leur tâche: ‘Cela se confirme également par le fait que le Conseil pour les litiges relatifs au droit des étrangers n’annule presque jamais nos décisions en appel.’ Et par un autre fait: ‘Les personnes qui sont en danger réel ne demandent pas de retour volontaire. Mais certains choisissent le retour volontaire alors qu’ils n’ont toujours pas eu leur entretien, ou alors qu’ils ont déjà eu un entretien mais attendent toujours la réponse’.

Toutefois, la plupart des Salvadoriens qui optent pour le retour volontaire le font après que la décision en appel a également été rejetée. Après ce rejet, les demandeurs d’asile sont transférés dans un centre fermé ou commencent une vie dans la rue, sans permis de séjour. L’État ne leur fournit plus de logement ni de nourriture. Ils ne peuvent également plus travailler légalement pour subvenir à leurs besoins.

‘Le CGRS a mené une enquête approfondie sur la situation au Salvador en 2019’, répond le secrétaire d’État à l’asile et à la migration, Sammy Mahdi (CD&V). ‘En outre, chaque demande d’asile est évaluée individuellement. Le CGRA souligne que dans de nombreux dossiers, des questions se posent quant au risque réel ou à la crainte réelle’.

‘Le risque de persécution est évalué par le CGRA, qui est indépendant, dans le cadre de la procédure d’asile’, poursuit Mahdi dans sa réponse. ‘Il n’y a pas d’intervention politique dans ce domaine. La politique du CGRA a été confirmée en novembre 2020 par le Conseil pour les litiges en matière d’immigration au sein du Parlement fédéral’.

Le Salvador est-il plus sûr depuis le nouveau gouvernement?

Le changement de situation au Salvador, auquel le commissaire général Van den Bulck fait référence, est lié à la baisse du taux de meurtres et à une nouvelle loi que le gouvernement de Nayib Bukele a promulguée. Cette loi devrait garantir à ces réfugiés internes une aide humanitaire et un accès plus facile à la justice. Dans un mémo de décembre 2020, le CGRA fait également référence à un rapport de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, le UNHCR, dans lequel ce nouveau cadre juridique et judiciaire est mentionné.

Le Salvador compte près d’un demi-million de réfugiés internes (“personnes déplacées” dans le jargon technique), sur une population de 6,7 millions d’habitants.

Vingt personnes ont été tuées rien qu’au cours des trois premiers jours de 2021.

Mais la nouvelle loi n’est pas encore entrée en vigueur et beaucoup la remettent en question, nous confie Rina Montti. Elle est directrice du département des migrations de l’ONG Cristosal, qui se concentre sur la région du Guatemala, du Honduras et du Salvador. Le gouvernement de Nayib Bukele, qui est président depuis juin 2019, est particulièrement doué pour dresser un tableau idyllique de ses politiques, explique M. Montti. Mais les chiffres qu’il publie ne sont pas fiables et il y a un manque de transparence dans tous les domaines.

Ludo Van de Velde, un ancien prêtre belge qui vit au Salvador depuis les années 1980 et qui y suit de près l’actualité, le confirme. Selon les chiffres officiels, le nombre d’assassinats quotidiens a diminué de plus de moitié depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Bukele.

‘Beaucoup de structures criminelles des gangs ont été démantelées’, explique M. Van de Velde. ‘Les membres des gangs sont traduits en justice, mais beaucoup sont libérés parce qu’il n’y a pas assez de preuves solides et parce que des erreurs ont été commises lors de la capture et pendant le procès’.

Au cours des quatre premiers mois de 2020, le Salvador a enregistré 441 meurtres. C’est 58 pourcent de moins que les 1059 meurtres commis à la même période l’année dernière, sous le régime du précédent président Sánchez Cerén (FMLN). Mais 20 personnes ont été assassinées au cours des trois premiers jours de l’année 2021 seulement, ce qui, selon les experts, témoigne de l’insécurité du pays.

Un accord secret

Le média d’investigation renommé El Faro a révélé en septembre 2020 que le gouvernement Bukele avait secrètement négocié avec les chefs du gang MS-13. Le gouvernement voulait que le nombre de meurtres diminue et que le MS-13 le soutienne lors des prochaines élections. En contrepartie, il allégerait les peines de prison.

El Faro a fourni des preuves de ces négociations : comptes-rendus de réunions, photographies et documents officiels rédigés par des fonctionnaires du gouvernement. Mais le président Nayib Bukele nie l’existence d’un tel accord.

Les gouvernements précédents du Salvador ont également mis en place de telles négociations secrètes entre des politiciens et des membres de gangs. A chaque occasion, ils ont voulu réduire le nombre de meurtres, dans un but électoral, mais ces négociations ont toutes échoué. Ils ont juste conduit à des hausses du nombre d’homicides une fois les négociations rompues. C’était particulièrement le cas en 2015. Le Salvador est alors devenu le pays le plus meurtrier du monde.


Retour volontaire

‘La nouvelle politique se concentre sur le retour volontaire et vise à informer et à sensibiliser les gens à ce sujet.’

Le retour volontaire est-il une option pour les réfugiés salvadoriens? La directrice de Cristosal, Rina Montti, ne le pense pas: ‘Toute personne fuyant l’extorsion est appelée “réfugié économique”. Si vous êtes persécuté par le gang, vous n’avez aucun avenir dans cette région. Car les gangs sont également actifs dans les pays voisins’.

‘Le secrétaire d’État Mahdi a en effet clairement indiqué dans sa déclaration de politique générale que le retour volontaire est un pilier de la politique de retour’, a déclaré son cabinet dans une réponse. ‘Le retour volontaire se fait à la demande des personnes elles-mêmes. La nouvelle politique se concentre sur le retour volontaire et veut informer et sensibiliser les gens à ce sujet. Ceux qui ne souhaitent pas participer à ce processus ne seront pas contraints de le faire.’

‘Le retour volontaire des Salvadoriens a eu lieu en coopération avec l’OIM et Caritas’, indique également la réponse.

Mais le retour n’est plus une option viable pour beaucoup. Ce ne l’est pas non plus pour le demandeur d’asile Miguel Molina (34). Lui aussi a été victime d’extorsion. Chaque mois, le MS-13 lui demandait deux cents dollars, puis ils ont augmenté ce montant à quatre cents dollars. Miguel travaillait dans un centre d’appel et ils savaient combien il gagnait. Sa demande d’asile a été rejetée, avec la motivation suivante: ‘Pourquoi n’avez-vous pas pu continuer à payer cette somme, vous aviez un bon emploi, n’est-ce pas?’

Mais Molina n’abandonne pas. Il a créé un groupe sur Facebook pour les réfugiés salvadoriens et travaille sur la rédaction d’une lettre, signée par des demandeurs d’asile salvadoriens, qu’il souhaite remettre au Parlement fédéral. Il y demande d’examiner de plus près la situation dangereuse au Salvador et de reconsidérer les décisions négatives déjà émises.

La version originale de cet article contenait un témoignage qui a été supprimé parce que l’anonymat nécessaire ne pouvait pas être garanti.

La journaliste Alma De Walsche suit l’Amérique latine depuis plusieurs décennies, avec un accent particulier sur les pays andins.

Melissa Vida est une journaliste indépendante belgo-salvadorienne et a déjà écrit pour des médias américains (The New York Times, Foreign Policy) et le journal latino-américain El Faro. Elle est également éditrice chez Global Voices chargée de l’Amérique latine et rédactrice en chef de la newsletter hebdomadaire Central American News.

Zonder jouw steun bestaat MO* niet.

Steun ons en word proMO* voor maar €4/maand of doe een vrije gift. 3078   proMO*’s steunen ons vandaag al. 

Word proMO* of Doe een gift

Over de auteur

  • Latijns-Amerika & ecologie
    Alma De Walsche schrijft over ecologische thema’s, van klimaat- en energiebeleid, over landbouw- en voedsel tot transitie-initiatieven en baanbrekers. Ze volgt al enkele decennia Latijns-Amerika, met een speciale focus op de Andeslanden.