Le Liban et ses relations internationales

Quelles seront les relations du Liban avec la communauté internationale à la suite du résultat des élections du 7 juin prochain? Le Dr Karam Karam, du Lebanese Center of Policy Studies fait le point.
  • Cr Cr Cr
“La seule chose qui est entendue entre tous les partis, peu importe le résultat des élections, est que le Liban ne doit pas avoir de négociations directes avec Israël”, affirme le Dr Karam. À savoir si le pays doit maintenir un front armé, ou poursuivre une trève, cela dépendra du scrutin final : “Le 14 mars préconise une trêve et un désengagement à la frontière. Quant à la coalition du 8 mars, elle continuera à faire face à l’armée israélienne et à débouter par les armes toute tentative d’envahissement. Avec l’État d’Israël, les enjeux s’arrêtent là”.

Selon lui, l’augmentation de la présence armée israélienne aux frontières, pour faire pression sur le vote, n’aura le succès escompté : “Toutes les régions frontalières avec ce pays sont majoritairement peuplées de musulmans chiites, qui votent pour le 8 mars. Alors cela n’affectera en rien le résultat du vote”.

Du côté de la Syrie, il croit que le Liban cherchera à normaliser ses relations avec ce pays : “Il est très probable que nous en arriverons à un gouvernement d’entente nationale”. Quant à l’Iran, rien ne changera : “Mais, il reste à voir les développements futurs, advenant le développement de conflits ou un maintien de la paix. Les liens pourraient alors se développer différemment, selon le gouvernement en place”.

À la question sur les futures relations libanaises avec les États-Unis, il répond par une question  : “Que veulent les États-Unis? Des élections démocratiques libres et transparentes, ou des élections dirigées selon leur volonté?” À son avis, il y a peu de chance que le cas du Liban devienne un scénario à la Hamas, mais il reste toujours les menaces de sanctions économiques et politiques, advenant une victoire du 8 mars.

Par ailleurs, le Hezbollah vient de diminuer son nombre de sièges, à la Chambre des députés, afin de renforcir la position de ses alliés et par le fait même, la coalition du 8 mars. Il tombera à onze ou douze sièges, tandis que le parti Amal de Nabih Berri obtiendra deux ou trois sièges de plus. “C’est le Hezbollah qui a la position la plus intelligente, politiquement parlant, dans cette élection, termine le Dr Karam. En fait, il ne cherche pas à diriger, mais plutôt à contrôler. Et jusqu’à présent, ça semble fonctionner”.

Zonder jouw steun bestaat MO* niet.

Wil je dat MO* dit soort verhalen blijft brengen?
Steun ons en word proMO* voor maar €4/maand of doe een vrije gift. 2745   proMO*’s steunen ons vandaag al.

Word proMO* of Doe een gift