Sécheresse, pollution, tarifs énergétiques plus élevés et matériaux de plus en plus chers

La politique agricole de la Tunisie pousse les agriculteurs au désespoir

ICARDA / Flickr (CC BY-NC-SA 2.0 DEED)

Les familles d’agriculteurs tunisiens luttent pour gagner leur vie dans des régions où les précipitations sont extrêmement faibles et peu fiables.

La Tunisie connaît une crise économique et une crise de l’eau. Mais alors que les éleveurs se débarrassent les uns après les autres de leur bétail, les robinets coulent à flot pour les entreprises textiles et les parcs aquatiques. « Notre gouvernement ne pense qu’à faire entrer de l’argent étranger. »

La traduction de cet article est assurée par kompreno, en utilisant de traduction automatique. D’autres articles de MO* sont inclus dans la curation de kompreno des meilleures analyses, opinions et rapports — de toute l’Europe, traduits dans votre langue. Source original.

De plus en plus souvent, Nouri Mechergui, 46 ans, se rend à pied de sa ferme au Café Rafia en traversant la route encombrée et poussiéreuse. Sur cette terrasse de son village de Ras Jebel, dans le nord de la Tunisie, il passe des après-midi entiers à une petite table bancale avec des personnes partageant les mêmes idées. De vieux amis, des agriculteurs qui ont le même passé, les mêmes idées, les mêmes goûts et le même amour du métier, transmis de génération en génération.

Pour eux, tout est en jeu. Leur rythme quotidien, en quelque sorte leur vie, a été tué par une combinaison de facteurs, explique M. Mechergui. « Je suis plus souvent ici que sur mes terres. Cela me déprime. Irrité. À la maison, il m’arrive d’être capricieux » .

Mechergui parle vite et avec enthousiasme. Son histoire montre exactement comment les problèmes climatiques érodent encore davantage l’économie tunisienne en quasi-faillite. « J’ai récemment vendu toutes mes vaches. L’alimentation du bétail est devenue hors de prix et les grandes laiteries en profitent. Je ne veux pas remplir leurs caisses » .

Des milliers d’agriculteurs tunisiens ont fait de même ces dernières années. Comme Mechergui, ils ont fait le point. Le coût de l’alimentation, qui a augmenté de plus de 25 % en deux ans, est en train d’engloutir tous leurs bénéfices. Les représentants de l’industrie laitière ont tiré la sonnette d’alarme : « Notre production laitière s’effondre » .

Des milliers de petites fromageries et quelques dizaines de grandes laiteries se disputent aujourd’hui les 1,2 million de litres de lait que les agriculteurs tunisiens produisent en période de pointe. Ce chiffre est encore bien inférieur aux quelque 1,8 million de litres demandés par le marché.

Des rayons vides

La pénurie de lait n’est pas le seul symptôme de l’économie grinçante de la Tunisie. Les rayons des supermarchés sont pratiquement vides depuis des mois. Tous les Tunisiens qui ont besoin de produits de base — lait, céréales, farine, sucre, riz, pâtes ou huile végétale — passent des heures à parcourir toutes sortes d’épiceries et de supermarchés, à se promener dans toute la ville, souvent en vain.

Le président Kais Saied accuse généralement des « spéculateurs » non nommés et « tous ceux qui conspirent pour perturber l’économie du pays » . D’autres analyses circulent également. La plus courante est que la Tunisie produit peu et doit presque tout acheter.

Alors que le gouvernement est pratiquement ruiné, la monnaie s’affaiblit. De plus, la guerre en Ukraine a provoqué une flambée des prix. Ce qui est produit dans le pays est détruit par la sécheresse, la pollution, l’augmentation des tarifs de l’énergie et des matériaux de plus en plus chers.

Le salaire minimum pour une semaine de 40 heures ne dépasse pas 390 dinars (115,70 euros).

Saber Tebini, secrétaire général de la Fédération de l’industrie alimentaire, a vu l’impact sur l’industrie alimentaire. C’est tout le pays qui est en train de faire faillite. Les 400 travailleurs de la raffinerie de sucre du nord n’ont pas été payés depuis des mois. Une autre raffinerie de sucre ne peut produire que deux mois par an à cause de la sécheresse.

Entre-temps, trois entreprises laitières ont fait faillite. Enfin, les supermarchés gagnent beaucoup moins alors que leurs dépenses en personnel, en loyer ou en énergie restent inchangées.

Aujourd’hui, les employeurs n’ont aucun mal à s’affranchir des arguments contre les augmentations de salaires, affirme Tebini, un peu décontenancé. « En ce moment, les salaires doivent augmenter. L’inflation tourne autour de 10 %. Et plus les consommateurs ont d’argent, plus ils dépensent » .

En Tunisie, une famille moyenne de quatre personnes a besoin d’environ 2 400 dinars (l’équivalent de 712 euros) par mois pour vivre dignement. C’est ce qu’a calculé la Fondation Friedrich Ebert en 2019, bien avant la guerre en Ukraine. Or, le salaire minimum pour une semaine de 40 heures ne dépasse pas 390 dinars (115,70 euros).

En attendant, toutes les autres idées de Tebini pour sortir du malaise économique, comme investir dans le tourisme ou l’industrialisation, tombent à l’eau à cause de la pénurie structurelle d’eau. L’huile d’olive pourrait offrir des opportunités, malgré des récoltes décevantes dues à la sécheresse. Mais ce marché est dominé par l’Espagne et l’Italie. Ils importent notre précieuse huile d’olive, la mélangent à la leur et l’emballent ensuite comme de l’huile d’olive espagnole ou italienne. Ce n’est pas juste.

L’héritage colonial

Selon Fadhel Kaboub, l’économie tunisienne est en difficulté en raison d’injustices historiques. Il est professeur d’économie à l’université de Denison et président du Global Institute for Sustainable Prosperity.

Qu’entendez-vous par « modèle économique tunisien » ? se moque-t-il au téléphone depuis Nairobi, la capitale du Kenya. La Tunisie n’a pas de politique propre. Ni pour l’industrie, ni pour l’agriculture. Ni pour l’agriculture. Ni pour le secteur de l’énergie. Tout est imposé par l’Europe : des diktats néocoloniaux, mais délicatement vendus comme de l’« aide » ou de la « coopération bilatérale » . Cela vaut pour la quasi-totalité du continent africain.

La structure de l’économie tunisienne, construite dans les années qui ont suivi la libération du pays de la domination coloniale française en 1956, est fondamentalement défectueuse. Tout ce que la Tunisie importe — technologie, savoir-faire, produits semi-finis, voire emballages — est cher. Il a une forte valeur ajoutée. Mais les produits que notre pays exporte en retour — le travail, la terre, l’énergie — sont en réalité bon marché. Avec peu de valeur ajoutée.

« C’est la logique de tous les accords commerciaux que l’Europe a signés avec la Tunisie. Pendant ce temps, la dette augmente et nos matières premières et nos ressources naturelles s’épuisent » .

Vert et fertile

Nouri Mechergui agite les bras en l’air. Avant, Ras Jebel était vert et fertile. Nous pouvions laisser les vaches paître en abondance. Aujourd’hui, à cause de la sécheresse, rien ne pousse et le prix de vente du lait est inférieur au coût de production. Il a encore des orangers et des oliviers sur sa terre, mais quoi qu’il fasse, sa terre ne rapporte presque rien.

Avec colère, il regarde la route qui traverse ce quartier résidentiel très fréquenté. Parmi les rangées de maisons quelque peu monotones, on trouve plusieurs grandes usines de jeans blancs. Ces entreprises textiles pompent toute l’eau du sol. Le peu qui reste est sale, salé et malsain.

« Et puis il y a la pollution, s’emporte-t-il. Nous devons utiliser des insecticides et des pesticides pour protéger nos cultures. Cela coûte cher et c’est mauvais pour la santé. Les connaisseurs le savent, c’est pourquoi nos ventes sont en baisse. Les produits biologiques sont de plus en plus à la mode.

Prenons l’exemple de Denim Authority, en face du Café Rafia à Ras Jebel. Cette fabrique de jeans produit des « jeans bio » tels que Nudie Jeans, G-Star Raw et Pierre Cardin. Sur son site web, l’entreprise promet d‘ “investir dans les dernières tendances technologiques en matière de denim et de développement durable » .

Quelques clics de souris plus tard, l’usine de jeans révèle quelques détails sur les « équipements et machines modernes de pointe » : Lectra de France, générateurs d’ozone écologiques d’Espagne, etc.

Mais malgré l’importation de technologies coûteuses, Denim Authority utilise encore plusieurs centaines de litres d’eau pour produire une paire de jeans. Les déchets finissent dans les orangers et les oliviers de Mechergui. Pour protéger ses arbres, il utilise des pesticides coûteux importés d’Europe.

Mais Mechergui ne croit pas que la fermeture de toutes les usines de jeans soit la solution. « Cela déclencherait un conflit aussi important que la guerre en Ukraine. Au moins plusieurs milliers de travailleurs de toute la région trouvent du travail ici. L’application des réglementations environnementales ferait une grande différence. Mais le gouvernement tunisien ne s’intéresse pas aux agriculteurs, il cherche seulement à faire entrer de l’argent étranger.

Les familles ont désespérément besoin du salaire mensuel de 600 dinars (environ 180 euros). Même s’il suffit à peine à acheter des produits de base tels que des vêtements et des livres scolaires pour les enfants.

À titre de référence, le jean loose E patti, une exclusivité de G-Star RAW, est proposé en Belgique au prix de 299,95 euros.

Autres collaborations

Avec la gentillesse d’un enseignant, Fadhel Kaboub s’est depuis lancé dans le secteur agricole. Mêmes acteurs, même stratégie, mêmes résultats. Jusqu’au milieu des années 1950, la Tunisie assurait à la puissance coloniale française un approvisionnement stable et bon marché en denrées alimentaires. La France et d’autres puissances coloniales européennes ont alors connu une légère panique.

Les subventions agricoles européennes ont été introduites en 1962. « Dès lors, les pays européens — et entre-temps, la Russie et l’Amérique — pouvaient produire des denrées alimentaires à des prix défiant toute concurrence et les déverser dans des pays comme la Tunisie » , explique M. Kaboub. En peu de temps, des centaines d’agriculteurs tunisiens ont fait faillite. Leurs céréales, pois et autres produits n’étaient plus demandés.

Le gouvernement tunisien décide alors d’axer entièrement l’agriculture sur l’exportation. Kaboub : « Les cultures gourmandes en eau, comme les fraises et les tomates, ont contaminé les céréales et les semences indigènes. Les engrais, les pesticides et les insecticides en provenance d’Europe étaient nécessaires pour répondre aux normes internationales. Avec la monoculture, ces agents ont tué nos terres agricoles et notre souveraineté alimentair » .

Piscines en plein air

Selon M. Kaboub, il est encore possible d’agir différemment. « Une plus grande coopération au sein de l’Afrique est un bon début. Il faut être plus critique dans le choix des partenaires de coopération européens. Je ne vois pas comment cela se passe. Savez-vous que dans certaines régions, les autorités tunisiennes donnent de l’eau aux hôtels mais laissent les agriculteurs sans eau pour l’irrigation ?

Slahedinne Bezi, originaire de Bembla, dans le centre de la Tunisie, est l’un d’entre eux. Au début du printemps, lors d’une réunion des agriculteurs de la région, il a appris qu’il ne recevrait pas d’eau d’irrigation pendant un certain temps. On lui a promis quelques semaines tout au plus en juillet et en août.

Il s’est dit qu’il utiliserait ces semaines pour entretenir ses 17 serres de tomates, de courgettes et de piments. Il s’est avéré que cela a duré au moins six mois. « Je n’ai pas eu d’eau pour l’irrigation depuis le mois de mai ! Tous les agriculteurs de la région sont au chômage. Certains empruntent de l’argent à leur famille et à leurs amis. D’autres font des petits boulots de temps en temps. J’ai encore quelques oliviers » .

Ce n’est pas que la région manque d’eau. Il y a quatre piscines extérieures à l’hôtel El Mouradi Skanes ; plusieurs piscines extérieures chauffées, une piscine intérieure et un spa au Hilton Skanes Monastir Beach Resort ; et un parc aquatique à l’extérieur du Houda Golf & Beach Aquapark.

Ces piscines sont à deux pas des serres vides et des parcelles desséchées de Bezi. « Les hôtels et les usines ont épuisé les nappes phréatiques supérieures » , soupire M. Bezi.

Politiques néolibérales

Assis sur son canapé à Tunis, Amine Bouzaine, chercheur indépendant spécialisé dans la justice fiscale, arrive à une conclusion qui donne à réfléchir. L’enchevêtrement apparemment insoluble des problèmes climatiques et des carences économiques est, selon lui, « la conséquence d’années de politiques néolibérales » .

« Notre pays s’est engagé à fond dans la course internationale à la baisse des impôts. Il a réduit à plusieurs reprises les impôts des riches et des entreprises. »

Il fait référence à l’application sans états d’âme des diktats technocratiques de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Selon lui, ce modèle est improductif et sous-réglementé.

Son analyse commence dans les années 1980. C’est l’époque des nouveaux principes économiques. Libre marché, concurrence entre les pays et les entreprises. Le moins d’intervention possible de l’État. « Ces principes ont toujours favorisé les pays riches » , explique M. Bouzaine.

« La Tunisie ne pouvait pas rivaliser. Cela a conduit à un capitalisme débridé, à la contrebande, au développement de l’économie informelle et à l’effondrement des structures locales. Notre pays s’est engagé à fond dans la course internationale à la baisse des impôts. Il a réduit à plusieurs reprises les impôts des riches et des entreprises. »

« Il en est résulté une plus grande inégalité sociale et moins d’emplois. Les entreprises étrangères, profitant des bas salaires et de nos ressources naturelles, n’ont même pas payé d’impôts pendant les premières années. »

Après des mois de négociations très difficiles, le président Saied a décidé de ne pas solliciter un nouveau prêt du FMI. Malgré les critiques sur son style de gouvernement autocratique, M. Bouzaine y voit « un possible tournant positif dans l’histoire de la Tunisie » .

Faïrouz ben Salah est une correspondante indépendante basée en Tunisie. Elle publie régulièrement dans des journaux et magazines néerlandais, notamment Trouw, NRC, De Groene et Vrij Nederland.

Maak MO* mee mogelijk.

Word proMO* net als 3030   andere lezers en maak MO* mee mogelijk. Zo blijven al onze verhalen gratis online beschikbaar voor iédereen.

Ik word proMO*    Ik doe liever een gift

Over de auteur

  • Freelance journaliste

    Faïrouz ben Salah werkt in Tunesië als freelance correspondent. Ze publiceert regelmatig in Nederlandse dagbladen en magazines als Trouw, NRC, De Groene en Vrij Nederland.

Met de steun van

 3030  

Onze leden

11.11.1111.11.11 Search For Common GroundSearch For Common Ground Broederlijk delenBroederlijk Delen Rikolto (Vredeseilanden)Rikolto ZebrastraatZebrastraat Fair Trade BelgiumFairtrade Belgium 
MemisaMemisa Plan BelgiePlan WSM (Wereldsolidariteit)WSM Oxfam BelgiëOxfam België  Handicap InternationalHandicap International Artsen Zonder VakantieArtsen Zonder Vakantie FosFOS
 UnicefUnicef  Dokters van de WereldDokters van de wereld Caritas VlaanderenCaritas Vlaanderen

© Wereldmediahuis vzw — 2024.

De Vlaamse overheid is niet verantwoordelijk voor de inhoud van deze website.