Les habitants de l’ouest de Mossoul vivent coincés entre tireurs embusqués et voitures piégées

Jannie Schipper et Marielle Van Uitert se sont rendues au front de la deuxième ville d’Irak, Mossoul. là-bas, un tiers des habitants vivent en exil. Voici leur reportage photo exclusif.

© Marielle Van Uitert​

 

Dans le dispensaire improvisé au front, le cliquetis des balles et le grondement des obus résonnent à longueur de journée. La pause des médecins ne dure que jusqu’à l’arrivée du prochain passager ensanglanté d’une ambulance ou d’un véhicule blindé. Ici, les patients vont des enfants aux éclats d’obus dans la jambe aux victimes de tortures, sans oublier les militaires entre la vie et la mort.

La deuxième ville d’Irak se prépare à une grande attaque de la mosquée d’al-Nuri, d’où le dirigeant de l’EI Abou Bakr al-Baghdad avait proclamé le califat en 2014. Depuis le début de l’offensive sur Mossoul, le 16 octobre 2016, une coalition irakienne bénéficiant du soutien d’avions de chasse et de conseillers militaires internationaux – venus principalement des USA – a pu reconquérir toute la zone est de la ville.

 L’EI accueille les troupes irakiennes avec des obus, des drones, des tireurs embusqués et voitures piégées.

L’offensive lancée en février 2017 pour la reconquête de l’ouest de Mossoul avance plus lentement. Les véhicules blindés ne peuvent pas emprunter toutes les routes et les tireurs de l’EI passent par les murs béants des habitations pour se déplacer. L’EI accueille les troupes irakiennes avec des obus, des drones, des tireurs embusqués et voitures piégées. Des centaines de milliers d’habitants de l’ouest de Mossoul sont toujours coincés entre les parties du combat. Quelques familles essayent de s’échapper de nuit, dans l’espoir de ne pas être repérées par les tireurs.

Même après leur libération, les quartiers de la ville ne sont pas tout de suite habitables : explosifs oubliés, maisons détruites en tout ou en partie, absence d’eau et d’électricité sont la conséquence des combats. La menace de la famine rôde, les camps de réfugiés débordent. L’Organisation de l’ONU pour les réfugiés, le UNHCR, estime que 286 000 habitants de l’ouest de Mossoul sont en exil.

© Marielle Van Uitert​

 

Des agents d’une unité spéciale de la police démantèlent une petite usine non loin de la gare ferroviaire de Mossoul-Ouest. L’EI y fabriquait des explosifs pour voitures piégées.

© Marielle Van Uitert​

 

Un militaire irakien inspecte une rue autrefois commerçante de l’ouest de Mossoul, à la recherche de possibles tireurs embusqués de l’EI. Magasins et maisons sont presque tous détruits par les obus et les attaques aériennes.

© Marielle Van Uitert​

 

Des médecins examinent le corps d’Addo Maher (6 ans), truffé d’éclats d’obus. Sa famille se trouvait dans le jardin de leur maison, dans le quartier de al-Jadida, quand un obus explosa.

© Marielle Van Uitert​

 

Dans un quartier de Mossoul venant d’être libéré, Qasim Ahmed Khadr (31 ans) et son fils se recueillent sur deux tombes temporaires, creusées dans le petit jardin devant leur maison. Le frère et le cousin de Khadr décédèrent lors d’une attaque de membres de l’EI déguisés en agents de police. Pendant les combats, nombreux furent ceux contraints d’enterrer temporairement leurs proches dans leur jardin, tant il était dangereux de se rendre au cimetière.

© Marielle Van Uitert​

 

Victime de torture, Hamid M.A. hurle de douleur sur la table d’opération d’un dispensaire du front. Il a été pendu et enterré vivant, entre autres supplices. D’après des travailleurs du dispensaire, Hamid était très probablement un soldat de l’EI.

© Marielle Van Uitert​

 

Un enfant pose avec son cheval devant un véhicule blindé de la police fédérale stationné à un checkpoint, à proximité de Mossoul. Beaucoup d’habitants de la ville ont fui pour des camps ou ont rejoint leur famille dans les villages alentours.

Traduction : Marie Gomrée

Zonder jouw steun bestaat MO* niet.

Steun ons en word proMO* voor maar €4/maand of doe een vrije gift. 3190   proMO*’s steunen ons vandaag al. 

Word proMO* of Doe een gift